Edgar Degas, auto-portrait
drapeau français english flag

Edgar Degas        1834-1917
Le catalogue critique numérique
par Michel Schulman

Degas : Danse, Politics and Society au Museu de Arte Assis Chateaubriand de Sao Paulo du 30 octobre 2020 au 16 février 2021

Degas: Dance, Politics and Society rassemblera au Museu de Arte de Sao Paulo plus de cent œuvres d'Edgar Degas qui exploreront la relation entre son œuvre et le monde de la danse. Plutôt que d’envisager des approches strictement formelles ou stylistiques du travail, ce projet vise plutôt à souligner comment près de la moitié de ses deux mille œuvres constituent une vision documentaire sur les réalités sociales de la danse à Paris à l’époque des artistes.

L’exposition fait partie du programme annuel de la MASP entièrement consacré à l'histoire de la danse qui présentera, tout au long de l’année, des expositions, des ateliers, des conférences, des cours et des publications centrées sur les relations entre la danse et les arts visuels à travers le monde et le temps. Trois conférences internationales se tiendront entre 2019 et 2020, concrétisées par la publication d'une anthologie en 2020. Les conférences réuniront historiens de l’art, critiques, conservateurs, artistes, danseurs et danseuses, chorégraphes afin d'examiner comment les artistes ont représenté et ont intégré la danse dans leur travail, comment cette dernière est entrée dans l'art, ainsi que son rôle dans la vie quotidienne.

Degas, généralement classé dans l’histoire de l’art comme impressionniste, a participé à sept des huit expositions collectives comprenant des artistes tels que Manet, Monet, Renoir, Pissarro, Sisley et Cézanne. Mais étant donné la solide formation de l’artiste en dessin classique et vu son mépris pour les peintures directement inspirées par la nature, sa  création a effectivement commencé à révéler une alternative au chemin de plus en plus schématique de l'impressionnisme. Comme cette exposition le démontrera, Degas deviendra le peintre des danseuses mais aussi des cafés, de l'opéra et des courses de chevaux, affirmant ainsi avec constance les principes d'indépendance et d'appréciation réelle de la modernité.

Dans l'univers construit par Degas autour de la danse et du mouvement, les danseuses apparaissent seules, à deux ou en groupes, ainsi que sur scène, en salle de classe et en répétition en train d'exécuter des pirouettes, de grands battements et des ports de bras, de s'exercer à la barre et d'ajuster leurs vêtements pendant les instants de repos.

Mais comme le montrent certains essais du catalogue de l’exposition, pour la classe ouvrière parisienne et la jeunesse de la seconde moitié du XIXe siècle, embrasser la danse signifiait une vie de longues heures épuisantes et de maigres compensations financières, avec seulement une lointaine possibilité de rejoindre un corps de ballet et une chance encore plus improbable de se faire connaître. Apparaître sur scène était donc pour ces femmes une occasion d'atteindre ce but, de révéler leur beauté et leur charme. Même si certaines des filles étaient convoitées, elles essayaient néanmoins de faire une carrière de danseuses mais il était largement admis que ces mêmes danseuses pouvaient être payées et exploitées puisqu'elles étaient sexuellement disponibles. Une figure importante du contexte parisien, comme cette exposition le montrera, est l’admiration des danseuses que Degas peint généralement comme une silhouette sombre, quelque peu sinistre, comme on le voit dans La classe de danse (musée d'Orsay), Le foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier (musée d'Orsay), La répétition du ballet sur Scène (Metropolitan Museum of Art), et Ludovic Halevy et Albert Cave (musée d'Orsay). 

L’exposition soulignera également des scènes de danse que Degas prend comme prétexte pour étudier minutieusement le mouvement. Elle présentera en outre des recherches concernant des compositions qui jusque-là n'avait jamais été faites auparavant, où les mouvements sont segmentés, décentralisés ou asymétriques, et capturés comme des instantanés photographiques.

Le  caractère novateur du moment se trouve dans des œuvres telles que La Petite Danseuse de Quatorze ans (MASP), qui sera  présentée à cette exposition. Degas n'a pas cherché à y dépeindre une belle jeune femme, mais plutôt à représenter une adolescente dure au travail face à un métier des plus difficiles : devenir ballerine à Paris à la fin du 19e siècle. Degas a ainsi voulu aller à l’encontre des idées conventionnelles de l'époque.

C’est lors d’une de ses fréquentes visites à l’Opéra de Paris que Degas rencontre la jeune Marie van Goethem (1865 -?), étudiante de ballet qu'il représente dans cette sculpture. On sait peu de choses de la vie de cette jeune femme qui a rejoint le ballet de l’Opéra de Paris à l'âge de 13 ans et qui était la fille d'une blanchisseuse et d'un tailleur soumis à de constantes difficutés financières.

Museu de Arte de São Paulo Assis Chateaubriand
São Paulo - Brésil

Publication : 17-10-2019