Edgar Degas, auto-portrait
drapeau français english flag

Edgar Degas        1834-1917
Le catalogue critique numérique
par Michel Schulman

Degas et la perspective. Pas si facile qu'il croyait !

Degas carambole : un article inattendu publié dans le dernier numéro de La Nouvelle Revue Française (1)

Carambole signifie au billard, toucher deux boules avec la sienne. Le titre choisi par Victor Claass pour son article sur Degas amateur de billard ne manque pas de perspective puisque c'est bien de cela qu'il s'agit ici. Les deux tableaux de Degas Salle de billard au Ménil-Hubert (2) exécutés en 1892 soulignent, de façon inattendue, les préoccupations de l'artiste en la matière. Au centre des tableaux, un billard trône lourdement; la pièce est ornée de tableaux aux murs et rappellent l'intérieur la  maison bourgeoise de son ami Paul Valpinçon chez qui Degas vient résider quelques temps.

Salle de billard au Ménil-Hubert

Dans une lettre adressée au sculpteur Albert Bartholomé, Degas écrit : "J'ai voulu peindre et me suis appliqué à des intérieurs de billard. Je croyais que je savais un peu de perspective, je n'en savais rien et cru [sic] qu'on pouvait la remplacer par des procédés de perpendiculaires et d'horizontales, mesurer des angles dans l'espace au moyen de la bonne volonté. Je me suis acharné". Un aveu qu'explique Victor Claass en soulignant l'attention singulière que portait l'artiste aux procédés de mise en espace de ses compositions".(3)

Sans entrer dans les détails des choix de Degas à propos des théories de la perspective, on distingue chez lui des préoccupations de lignes verticales et horizontales qui caractérisent nos deux tableaux dénués des personnages habituels chez Degas.

L'article de la NRF resitue le rôle du billard à cette époque qui incarne une société bourgeoise "encore dessinée par Daumier et Caillebotte. Si les personnages sont absents dans ces tableaux, il en va autrement pour les pages de ses carnets de croquis [où] figurent des joueurs, le buste fléchi sur le tapis".(4)  Nous portant à croire que Degas était attentif aux lignes du corps humain.

Pourquoi cet article inattendu dans la dernière livraison de la NRF ? La réponse est dans la récente exposition Degas. Danse. Dessin. au musée d'Orsay qui nous rappelle que Paul Valéry publia la première version de son projet dans le 244e cahier de la NRF. Ainsi se justifie le très pertinent article de Victor Claass publié aujourd'hui dans la NRF.

1- La Nouvelle Revue Française, n° 629, 1er mars 2018.
2- Stuttgart, Staatgalerie, inv.  2792/Paris, musée d'Orsay, inv. RF 1989.3
3- NRF, p. 85.
4- Idem., p. 88.

Publication : 11-03-2018